Louis Taulelle


"La lumière s'aiguise et découpe finement l'obscurité comme le fil du rasoir. Au travers de la déchirure apparaît l'horizon mais il est vertical. Un instant étourdi, il nous faut retrouver l'équilibre pour qu'aussitôt tout paraisse logique et que s'opère entre le rationalisme de l'intelligence et la démesure de l'imaginaire un transfert qui bouleverse les données raisonnables de l'esprit. Entre la cordelette et l'aussière, la différence n'est plus qu'une équivalence intuitive. Toutes les hypothèses d'une réalité se confrontent sans que nous sachions jamais si nous la tenons dans le creux de nos mains ou si son ombre gigantesque nous submerge."

Pierre Lebigre




Cela commence par une toute petite chose, un résidu, un bois flotté, des morceaux de matière en disgrâce, abandonnées, des objets usuels, ordinaires comme de simples clous. Louis Taulelle ramasse un peu de tout. Papiers, cailloux, cartons, pièces de métal, sont des réserves de mémoire. Piratés, ces déchets deviennent trésors et richesses intérieures, démarrage de pistes mentales qui finiront accrochées au mur ou transformées en sculptures.

"Mon atelier ressemble à une grande cabane remplie d'objets de rencontre, de promenade ou de récupération. L'esprit du lieu influence ma pratique. Mais après avoir passé beaucoup de temps dans un atelier, j'ai épuisé sa puissance de mémoire et je l'ai chargé de ma propre histoire.


En changeant de lieu de travail, je me mets en danger, je m'oblige à procéder différemment et du même coup à découvrir de nouveaux territoires. Ainsi j'aime m'installer temporairement dans des lieux très divers. Partir n'importe où, trouver des matériaux sur place et tenter de fabriquer une réponse dans une situation de très grande précarité."

..."Lorsque la vie est la plus forte, que le désir et la rage froissent et piétinent toutes sortes de plans de carrière, de mouvements de style ; il faut être à même de gérer sans méthode un bouillonnement de pulsions charnelles, affectives, et le temps leur donnera une forme dynamique"





Crédit photos et images :
Pierre Dalenconte - Clément Hingrai - Louis Taulelle